Forum pour les joueurs de Blood Bowl du Québec
 
BlogAccueilRèglesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dresgar et l'armée de la Capitale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lazvernius
Champion
Champion
avatar

Messages : 502
Age : 38
Pseudo de Coach : Lazvernius
Équipe : White Fury and Tempest

MessageSujet: Dresgar et l'armée de la Capitale   1/30/2017, 11:58 pm

La servante était immobile dans le coin. Elle regardait le roi discuter avec le vieux conseiller. Au moindre geste du roi ou du conseiller, elle devait remplir les coupes de vin. Depuis le début de la rencontre, elle devait avoir fait ce geste une bonne dizaine de fois et le ton montait entre chaque, si bien que la conversation chuchotée devenait presque une empoignade digne d’une taverne…

- Tu es fou ma parole. Le roi ne peut pardonner à ce vaurien. J’aimerais 10 fois mieux faire entrer la peste bubonique dans les murs de ma ville que de demander l’aide de ce traitre, ce violeur, ce truand, ce bandit, ce mal incarné, ce fléau, ce… ce…

- Oui Sir, il est tout cela et pire encore, mais la guerre qui arrive sera plus terrible que toutes les escarmouches que votre règle a connu. Les nouvelles des combats qui ont eu lieu dans le sud sont terribles monseigneur. On parle de villes incendiées, de royaumes pillés, de meurtres… Ce bandit est aussi le meilleur soldat que le royaume a connu depuis 50 ans et les hommes vont se battre pour lui.

Il vida sa coupe et la leva. La servante courra habilement pour la remplir, puis celle du roi. Le regard de celui-ci se braqua dans ses yeux. Elle baissa la tête rapidement, se demandant si elle avait fait une faute, en se retirant de la table. Le roi paru réfléchir, alors que le conseiller ajoutant :

- Parfois, lorsque le chien du voisin vous attaque, nous devons ne pas seulement parler, messire, il faut parfois relâcher notre chien le plus méchant…

Le roi sembla vieillir de 10 ans d’un coup. Les épaules tomba, le dos se plia vers l’avant, une tristesse envahit son regard si fier d’habitude.

- D’accord, réhabilitez le, mais tenez le loin de la capitale. Loin de moi et de ma fille.

Deux jours plus tard, dans la sordide prison de BlackRock, où les odeurs et les bruits faisaient qu’aucun habitant ne passait dans les environs, sauf les gardiens, payés trois fois le prix pour travailler dans la prison la plus autoritaire et la plus cruelle du pays.

Le conseiller, s’approcha de la célèbre cellule numéro 23, celle coupée des autres par un épais mur de pierres. Cela faisait 7 ans qu’il n’avait pas vu le lieutenant Dresgar. Ces souvenirs étaient vagues, grand jeune homme qui avait gagné le tournoi annuel à l’épée, une grande surprise, surtout à sa première participation. Le souvenir était encore plus précis lorsqu’il se souvenait des circonstances entourant cette victoire, le lieutenant tua deux hommes lors du tournoi, qui n’avait compté que deux morts dans les 10 dernières années auparavant. Il se souvenait également s’être demandé si cet homme avait du sang d’ogre dans les veines, ses yeux irradiaient la violence à peine contrôlée des représentants de cette race et ses bras étaient deux fois ceux des hommes les plus forts de la garde.

Approchant de la pénombre avec sa torche, il dit :

- Lieutenant Dresgar.

Pas de réponse…

- Lieutenant Dresgar, je suis ici pour vous faire une offre.

Pas de réponse…

- Lieutenant Dresgar, le roi a besoin de vous.

Un bruit provenant du fond de la cellule se fit entendre. Doucement, presque de façon hypnotique, une silhouette apparue graduellement dans la lumière. La silhouette, pâle et petite, devenait de plus en plus grande et de plus en plus menaçante. Comme une ombre qui grandit lorsqu’on retire la lumière, mais l’ombre avançait vers la lumière cette fois-ci. Le conseiller, malgré son expérience, malgré ses souvenirs, ne put s’empêcher de reculer devant ce monstre. L’homme devant lui, m’enfin l’humanoïde le dépassait facilement de deux têtes. Des cicatrices ornaient son visage autour des yeux, sur les joues, près de la bouche. Sa main droite, capable de prendre sa tête au complet se resserra autour d’un barreau. Le doute envahie le conseiller, comme ces barreaux semblaient fragile! L’Idée ne semblait pas aussi bonne soudainement. Il se ressaisit et ajoutant :

- Lieutenant Dresgar, vous avez prouvé votre loyauté et votre compétence sur les champs de nombreuses batailles. Les soldats du roi ont confiance en vous et le roi vous demande votre aide.

Une voix grave, râpée, caverneuse répondit :

- Le roi ? Il peut se faire fister par un troll des collines le roi que je m’en calisserais. Pourquoi je voudrais aider ce minable ?

- Ce minable est notre roi à tous et a de grands pouvoirs, comme celui de te sortir d’ici.

Un rire horrible suivi la phrase.

- Tu veux dire qu’après m’avoir enfermé ici injustement, il me laisserait sortir. Il est généreux comme une pute de bar qui a la gale ton roi.

Le conseiller ne comprit pas très bien la comparaison, mais comprit que ce n’était probablement un compliment.

- Injustement ? tu as tué trois gardes !
- Après qu’ils m’aient touché…
- Ils tentaient de t’arrêter de déshabiller la princesse, la fille du roi !
- C’est elle qui le voulait…
- Elle était saoule et inconsciente !
- Ce n’est pas de ma faute, je ne suis pas responsable de toutes les poules saoules du royaume…
- Elle était sous ta garde et c’est toi qui lui as donné de l’eau de Vipère !
- Elle avait soif et il y avait rien d’autre à boire…

Le conseiller cessa ces discussions. Il ne devait pas revenir dans le passé s’il voulait que cette brute revienne déchirer des méchants.

- Ok, que veux-tu ? que désires-tu ?
- Je veux une ferme près d’un lac pour y écrire de la poésie. Je veux sortir d’ici et apprendre le tricot. Et 17 moutons également pour la laine…

- Arrête de rire de moi. Cette chance ne se représentera peut-être jamais, surtout que des armées ennemies sont en route vers le royaume et tu pourrais devoir défendre ta peau derrière ces barreaux.

- OK. Va voir le roi et dit lui que j’accepte de mener son armée, mais sous ces conditions…
1-je suis général maintenant, je remplace le vieux con d’Estredan. Ce général ne sait pas la différence entre un bouclier et un clitoris. Je veux choisir les soldats de mon armée et mes alliés, j’ai quelques amis qui me doivent des faveurs et qui ne sont pas des alliés traditionnels de notre royaume.
2-après notre victoire, je veux avoir le château de HyghPass et les terres autour.
3-je veux qu’Al, le gardien de soir soit enfermé avec les autres prisonniers pendant une nuit pour une nuit d’amour. Ce connard mérite un peu d’attention particulière.
4-Je veux la main de la princesse

Le conseiller, malgré le sérieux de la situation, passant proche de s’étouffer avec sa salive.
- Merde soit sérieux.
- Je suis plus que sérieux. Il s’agit de laver mon honneur.
- Le roi ne voudra jamais.
- Cela tombe bien, ce n’est pas le cul du roi que je veux mais celui de la princesse. La discussion est terminée, je ne changerai pas d'idée.

Le monstre recula, mais avant pris soin de prendre les barreaux des deux mains, gonfla ses muscles qui doubla, puis tripla. Les barreaux crochèrent dans un bruit atroce. Les yeux injectés de sang, l’homme-ogre regardant directement le conseiller qui recula, puis disparu dans la noirceur.
Le conseiller quitta rapidement les lieux. Un mélange de frayeur, de déception et d’énervement l’envahis.

On avait besoin de ce génie militaire capable de terrasser un minotaure d’un coup de poing. Le moral de l’armée et de la ville serait incroyable. Plusieurs hommes allaient perdre la vie dans les prochaines semaines, donc peut-être que la princesse pouvait être sacrifiée. Le roi ne serait pas d’accord. Le conseiller imagina la situation avec sa propre fille, puis trembla de tous ses membres.

Quelques jours plus tard, le lieutenant Dresgar était libéré, Al avait passé une nuit pénible en prison et l’armée se composa graduellement selon la volonté du nouveau général. La population accueillait le nouveau général avec clameur, les soldats démontraient une discipline sans faille et une lueur nouvelle baignait la capitale. Tout était possible. Tout le monde le sentait. Peu importe l’ennemi, Dresgar serait là…

Le conseiller pour sa part semblait effrayé depuis quelques jours, fuyant les célébrations et le regard du roi.

à suivre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted le Rasé
Ref
Ref
avatar

Messages : 8877
Age : 51
Localisation : Montréal (Ventrilo)
Pseudo de Coach : Ted le Rasé
Équipe : XxX.

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   1/31/2017, 6:24 am

oui mais la fille du roi elle, on n'a pas de ses nouvelles?  Elle est terrifiée ou elle est en amour?  Pis le roi, il en pense quoi?   Mais surtout, la pute qui a la galle, charge combien?

_________________
Le déshonneur n'est pas dans la défaite mais dans les moyens pris pour gagner.

Perdant des GG3, CVM des frères ennemis, HC, Préquelle et probablement de la LO.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etrius
Champion
Champion
avatar

Messages : 918
Age : 39
Localisation : St-Jean

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   1/31/2017, 8:53 am

7 ans plus tard et la princesse n'est toujours pas mariée ???

Ça doit pas être le plus belle du royaume Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valgas
Super Champion
Super Champion
avatar

Messages : 2494
Age : 39
Localisation : Québec
Pseudo de Coach : Valgas
Équipe : Chaos, chaos dwarves, orcs, humains

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   1/31/2017, 9:50 am

Encore un général instable psychologiquement... je sens qu'on n'en a pas fini avec lui!

_________________
Valgas
Gagnant de la LO Saison 8 avec Les Tapocheux (Chaos)
Gagnant des GG 1 (Cpt), GG2 et GG3 (Cpt)
Gagnant de la coupe des frère ennemis - Les branchus (elfs sylvains)
Gagnant de la ligue Quatroz, Saison 2 - Les scorbuts (Norses)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heol
Champion
Champion
avatar

Messages : 793
Age : 34
Localisation : Québec
Pseudo de Coach : Heol
Équipe : La mort dans la peau

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   1/31/2017, 3:03 pm

J'adore tes histoires Laz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
general1010
Ref
Ref
avatar

Messages : 7558
Age : 45
Localisation : Candiac
Pseudo de Coach : general10
Équipe : Beaucoup d'elfes

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   1/31/2017, 5:18 pm

Wow de la grande classe, on place la barre haute à tous les autres pour la suite.

Bravissimo!

_________________
Champion HC et préquelle-2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etrius
Champion
Champion
avatar

Messages : 918
Age : 39
Localisation : St-Jean

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   1/31/2017, 6:28 pm

La barre, il va l'avoir en pleine face quand il va jouer contre moi Wink On va voir s'il est si toffe que ça quand la guerre va commencer Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
general1010
Ref
Ref
avatar

Messages : 7558
Age : 45
Localisation : Candiac
Pseudo de Coach : general10
Équipe : Beaucoup d'elfes

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   1/31/2017, 7:18 pm

Etrius a écrit:
7 ans plus tard et la princesse n'est toujours pas mariée ???

Ça doit pas être le plus belle du royaume Wink

Elle avait 10 ans quand il l'a déshabillé... un peu pédo le gusse...

_________________
Champion HC et préquelle-2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazvernius
Champion
Champion
avatar

Messages : 502
Age : 38
Pseudo de Coach : Lazvernius
Équipe : White Fury and Tempest

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/1/2017, 10:06 am

La population de la Capitale était confiante face au conflit qui arrivait inexorablement vers elle.  L’alliance qui se dirigeait vers ses terres aurait une grande surprise en voyant Dresgar surgir sur le champ de bataille vêtu de son armure dorée.  Il était la carte, la clef, l’espoir incarné.  

Pourtant certaines mauvaises langues s’activaient dans les ruelles.  On parlait d’alliance avec des homme-pourris, d’un mariage arrangé avec la princesse, d’un roi qui agissait étrangement depuis quelques semaines.  Les rumeurs disaient que la princesse avait fondu en larmes en voyant son futur époux et qu’elle était maintenant isolée dans une pièce du château, en choc nerveux.

Dresgar s’en foutait royalement.  On ne gagne pas une guerre sans casser des os.  La discipline réglait parmi les troupes, les soldats respectaient le couvre-feu, du jamais vu depuis 5 ans.  On ne comptait plus de batailles dans les tavernes impliquant les gardes. De vieilles histoires sur le général, probablement amplifiées par le bouche-à-oreille circulaient parmi les soldats, assurant une obédience complète.  

Machon, son aide de camp vint le rejoindre dans le baraquement.  Le silence qui y réglait le mettait sur les nerfs.  Même les ronflements semblaient être moins forts depuis que Dresgar avait franchi les portes pour la première fois en 7 ans.  

- Général, nos espions nous indiquent que l’armée ennemie est avisée de votre…. (il hésita un peu sur le terme à utiliser, folie ? pardon ? compétence ?) … libération.  Un chef ennemi du nom de Peste a même mentionné qu’il aimerait mettre une barre sur votre nez.

Machon, toujours rapide d’esprit et ayant la langue cinglante d’habitude, passa proche d’ajouter que cela pourrait peut-être l’améliorer, mais garda ses pensées pour lui.  Dresgar sourit… une image effrayante.

- La peur entre doucement dans leur cœur, j’adore.  Aujourd’hui nous allons passer un message à ce trou du cul moisi caché dans son repaire miteux.

Il se leva d’un bond et se dirigea vers le camp de Gribouillatère.  Il chercha un prétexte pour trouver sa victime.  Un homme-putréfié était étendu au sol tenant de sa seule main valide une flasque d’alcool cheap.  Les autres homme-pourris étaient stupéfaits de voir un humain, général de surcroit entrer dans leur camp sans permission.  Certains firent même un mouvement pour se lever afin de punir l’insouciant.  

Dresgar leur dit :

- J’ai clairement mentionné, pourritures de merde, que l’alcool était permis seulement avec mon autorisation, après une victoire.

Il figea ses yeux dans ceux d’une des créatures plus téméraire, agrippa l’homme au sol par le cou puis gonfla ses muscles.  Un bruit horrible stoppa sec la bête qui se dirigeait vers lui.  Dresgar avait arraché la tête de l’homme-pourri, rompant le cou de mouvement de torsion et de traction.  Le sang coula le long de ses avant-bras, rendant l’image, même pour un Nurgle, difficilement soutenable.  Il lança à la créature la tête de son ami qui sous le choc, la laissa tomber dans la boue, et chargea le corps sur son épaule.

- On cesse l’alcool sans ma permission, est-ce clair trou du cul galeux ?  

On entendit de légers cliquetis de bouteilles et de carafes autour dans la pénombre, puis un lourd silence s’installa dans le camp….

Loin de là, Machon ne savait pas quoi faire.  Le général avait quitté sans dire un mot et avec son départ, l’oxygène de la tente semblait avoir suivi, tous les gradés de l’armée respiraient à peine et ne souffla mots, comme si l'apocalypse allait arriver d'ici quelques minutes.  La vision aurait pu être comique de voir ces lieutenants prétentieux, dignitaires nés de bonne famille réduit ainsi à l’état de petits froussards en armure.  Il se permit un sourire et allait souligner ce point quand la porte s’ouvrit.  

La vision n’avait plus rien de comique quand il vit Dresgar entrer dans le baraquement, tenant le corps décapité d’un pourri, son armure pleine d’un sang noirâtre.  Il lâcha son fardeau sur la table qui était chargé auparavant de figurines censés représenter les différentes armées.  Dans la tête de Machon, la phrase -passer de la théorie à la pratique- passa, mais il n’osa la dire, même s'il la trouvait assez de circonstance.  

Dresgar agrippa une hallebarde décorative, la brisa facilement de ses mains puissantes.  Machon ne comprenait pas le but de la manœuvre, mais n’osait pas poser de question.  Dresgar, d’un geste sec fit entrer le bout de bois dans l’arrière-train du pourri, puis se tourna vers lui.

- Trouve ce connard de Peste, donne lui ce cadeau et dit à ce mangeux de vers que c’est dans le cul qu’il aura la barre quand je vais le rencontrer sur le champ de bataille.  Dit-lui également que les hypocondriaques n’est pas le nom d’une armée et qu’il fait honte à tous ceux qui se fendent le cul pendant les combats, peu importe la race.  S’il veut diriger une armée, il doit se comporter en leader et montrer l’exemple, autant par ses gestes que ses paroles.  

- Euh…. Moi seigneur ?  balbutia Machon, terrifié à l’idée de porter un tel message, la parole bloquée pour une rare fois dans sa vie.

Dresgar saisit son aide de camp par le col, faisant décoller facilement ses pieds du sol.  Machon sentit soudainement que sa mission n’était pas si pire finalement quand il vit la lueur de colère dans les yeux de son général.  

- Est-ce que j’ai le cul poudré connard ?  Tu veux le sentir ? Est-ce que je me dandine dans les bals comme une gidoune à chaque soir, habillé en collant noir faisant ressortir mes couilles ?  Est-ce j’ai la démarche d’un gars qui s’est assis sur une tige de fer ?  Dit-moi Machon, suis-je un seigneur, qui abuse de sa population et qui baigne dans l’opulence crasse ?  

Machon réfléchit rapidement à la bonne réponse.  Son esprit de comique lui souffla que Dresgar avait maintenant effectivement le titre de seigneur puisqu’il avait obtenu des terres et qu’il avait abusé de la princesse quand elle avait 14 ans, mais son esprit de conservation pris le dessus. Il réponda finalement que bien sûr que non, ce qui semblait satisfaire le général.  

Sans ajouter d’autre mot, Machon demanda de l’aide pour charger le corps sur un cheval et quitta vers le camp de Peste.  Il prit une grande respiration, sa première depuis au moins 15 minutes en quittant vers l'armée ennemie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valgas
Super Champion
Super Champion
avatar

Messages : 2494
Age : 39
Localisation : Québec
Pseudo de Coach : Valgas
Équipe : Chaos, chaos dwarves, orcs, humains

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/1/2017, 11:23 am

Malade!!!

Je me lance dans la mienne sous peu!

_________________
Valgas
Gagnant de la LO Saison 8 avec Les Tapocheux (Chaos)
Gagnant des GG 1 (Cpt), GG2 et GG3 (Cpt)
Gagnant de la coupe des frère ennemis - Les branchus (elfs sylvains)
Gagnant de la ligue Quatroz, Saison 2 - Les scorbuts (Norses)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazvernius
Champion
Champion
avatar

Messages : 502
Age : 38
Pseudo de Coach : Lazvernius
Équipe : White Fury and Tempest

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/7/2017, 11:35 pm

85%.... C’était selon ses espions les chances que la Capitale humaine tienne. C’était beaucoup trop pour lui, pour ses plans. Ainsi lorsque les elfs lui ont demandé les services de Marie les Tétines pour tuer Dresgar, en payant en plus 60 000 pièces d’or, Warpenar n’en croyait pas ses oreilles pointues. C’était une chance inespérée de diminuer l’armée du roi et ainsi assurer une guerre longue et prospère pour lui. Il convoqua sa meilleure assassine.

- Tu sais que j’ai une confiance aveugle en toi, en ton talent, mais ton gibier est gros cette fois-ci… très gros.

Marie connaissait Warpenar depuis beaucoup trop longtemps pour savoir que s’il démontrait des signes de nervosité, c’est que la situation était sérieuse, aussi elle connaissait Dresgar de réputation et n’avait pas l’intention de prendre de chance.

- J’ai ce qu’il faut pour la chasse aux gros gibiers Warpenar, dans deux jours, le général chéri de la capitale sera sous terre.

.......
Debout près des quartiers militaires de la ville, elle répéta son plan. Séduire, tuer, quitter… Elle avait utilisé ce mantra à de nombreuses reprises depuis le début de sa carrière. Ses doigts caressèrent la bouteille de venin rouge. Versé dans le vin, deux gouttes de cette substance inodore pouvaient tuer un minotaure. Et si elle devait se rendre plus loin ?….

Elle s’assura que la petite dague noire sertie d’un rubis était bien cachée sous sa ceinture. Ce n’était pas une dague normale, c’était une véritable relique d’un autre monde. Capable de percer les armures les plus solides comme du papier et un simple contact avec le sang provoquait chez sa victime une paralysie puis une mort atroce. Il restait qu’environ 3 dagues de ce type dans le monde. Elle était d’autant plus rare qu’elle disparaissait au contact, comme aspirée par la plaie. Son arsenal de la mort était complété par Cina, une lame maléfique intelligente qui compte plus de 45 victimes depuis leur alliance.

Rien ne serait laissé au hasard. Dresgar sera son trophée ce soir.

…. …
Dresgar était assis à table dans le quartier général, entouré de ses alliés humains. La salle comptait également sur la présence d’alliés moins fréquentables comme un immense loup-garou et autres créatures démoniaques. Le ton était plutôt joyeux puisque l’assemblée sembla célébrer le retour de Machon.

- Machon, espèce d'enculé de merde, je suis heureux de te décerner la croix d’acier comme honneur d’avoir participé à la défense de notre beau royaume remplit de bouseux. Félicitations.

Dresgar était satisfait. Cela avait coûté un pourri et la main d’un homme incapable de différencier une épée de sa queue dans le noir, mais cet éclaireur avait rapporté de précieuses informations sur le camp de Peste. Ce connard de Peste ne savait pas ce qu’il l’attendait. Il vit que la récompense ne sembla pas remonter le moral de Machon comme il le croyait. Il ajouta :

- Allons Machon, ce n’est pas la mer à boire. Décoré de cette médaille, toutes les putes du royaume vont vouloir ta compagnie. En plus, quand tu te serviras de ta main gauche pour t’astiquer, tu auras l’impression que c’est une autre personne…. C’est le mieux qui pouvait t’arriver espèce de puceau. Peste voulait probablement te couper la queue mais se rappelait plus de ce que cela avait l'air.

Les hommes de la salle éclata de rire. Machon réfléchit. C’est vrai que les filles posaient toute sorte de questions sur son expérience depuis son retour. Être un héros avait ses avantages. D’ailleurs, lorsque Dresgar ouvrit la porte derrière lui, laissant entrer 4 filles superbes, il sentait qu’il avait de la chance.

- Machon, pour ton sacrifice, voici 4 autres médailles…. Ne fait pas honte à la garde petit connard. Elles ne sont pas là pour ta main fantôme.
………..
Marie, entrant troisième, s’assura que le général se trouva à porter de son pouvoir de phéromones, hérité de sa grand-mère démone. Elle vit que Dresgar succomba à son charme par la lueur qui apparue dans ses yeux.

- Machon je t’en laisse trois, je garde cette poule. De toute façon 6 boules c’est assez pour une seule main. Amuse-toi bien.

Il agrippa le bras de la belle brune élancée pour la tirer vers sa chambre. S’il n’avait pas quelques bières dans le corps et les hormones au plafond, il aurait réalisé que le bras était trop solide pour une pute de bar.
Marie habilement, profitant que le demi-ogre retirait ses vêtements, versa le contenu de la fiole dans une coupe de vin près du lit. Devant la musculature puissante de l’homme, elle ne perdit pas de temps à compter un nombre de gouttes. Elle ne devait pas laisser de chance. Lançant un regard langoureux, elle tendit la coupe au général, qui d’un réflexe, avala d’un coup le mélange avant de se jeter sur sa victime, arrachant ses vêtements.

L’assassine eu peur pendant quelques secondes que le poison ne fasse pas effet, puis vu dans les yeux de Dresgar que l’effet débutait. Il avait compris et s’apprêta à punir l’empoisonneuse. Elle le prit de vitesse, dégainant la dague noire et visa le cœur.
Malgré la dose 10 fois plus grande que nécessaire pour tuer sur le coup pour tuer un homme, Dresgar eut le réflexe de tourner le bras gauche afin d’éviter le coup mortel. La dague, surnaturellement facilement, pénétra au complet dans son épaule. Elle se dissout en un léger nuage noir qui entra dans la plaie. Dresgar eut un spasme puis chercha à reculer, à se défaire de son agresseur. Il trébucha puis s’écroula sur le dos. Marie le suivit de façon fluide, en dégainant Cina, qui hurla de plaisir dans sa tête, voulant du sang. Elle en aurait.

Plongeant vers le corps de l’enfant-chéri de la capitale, elle fut reçue par un coup de poing puissant puis sentie ses dents se fracasser et le sang envahir sa bouche. Ce coup seulement aurait stoppé la plupart des êtres vivants, mais son sang démoniaque lui donnait une résistance exceptionnelle. Elle se ressaisit et plongea la lame furieusement dans l’abdomen de sa victime. Ce monstre devait mourir, allait mourir. Un-deux-trois coups mortels. Cina hurlait de bonheur.

Regroupant ses dernières forces, l’homme-ogre roula par-dessus la coupe-gorge, sentant son sang s’échapper de son ventre, le bras gauche paralysé par la lame maléfique et l’esprit moins vif à cause du poison. Il échangea un autre coup de poing contre un autre coup près de son nombril. Une rage surnaturelle l’envahit, lui donnant une nouvelle force.

Tenant la tête de la pute sous son bras paralysé, il glissa ses trois doigts du milieu dans la bouche de la démone. Gonflant ses muscles, il tira de toutes ses forces. Un son de succion se fit entendre quand il arrachant la partie inférieure de la mâchoire de la démone, en échange d’un autre coup de couteau. Heureusement, la créature sombra dans l’inconscience, le sang giclant de la plaie béante au-dessus du cou.

Marie sentait la présence de Dresgar autour d’elle, mais était incapable de rouvrir ses yeux, sentant sa vie se répandre sur son torse, droguée par la douleur. Elle sentit tout de même la main puissante du général sur son sein gauche et entendit :

- C’est quand même dommage de gaspiller une telle poitrine…. On aurait pu avoir du plaisir ensemble petite. Malheureusement ce soir je n’ai pas la force de te baiser, mais demain on se reprend, promis….

Elle tomba dans les pommes.
……….
Deux heures plus tard, Machon entra dans la pièce du général pour le remercier. Il le trouva étendu près de la prostituée, baignant dans une mare… une piscine de sang. Lorsqu’il vit la partie arrachée dans la main de son leader, la partie humoristique prit le dessus pour la première fois depuis son amputation, en se disant que c’était vraiment une jaw-dropping scene… Puis il appela les gardes.

Le bruit réveilla son chef d’un sursaut qui ajouta

- Et puis Machon ? Ton manche as-tu servi pour une fois ? Je suis fier de toi petit branleur…

Puis il sombra à nouveau dans l’insconcience. Machon ne savait pas pourquoi, mais il aimait son chef, était prêt à le suivre n’importe où, prêt à lui donner un bon coup de main… Il sourit devant sa blague silencieuse.

……….
Dresgar était certain, même si les conseillers étaient inquiets. Il se présentera sur le champ de bataille à coté de ses troupes. Son bras gauche demeurait inerte (passant de 5 à 3 de force en terme de BB), mais il sentait que cette situation était temporaire et pouvait se battre aussi bien que n’importe quel de ses hommes.

…………
Quand elle se réveilla, elle porta sa main à son visage, pour se rendre compte que son visage était atrocement défiguré. Elle vit le visage de Warpenar au-dessus d’elle.

- Félicitations Marie, tu as réussi mieux que je l’espérais, le général sera la moitié de lui-même maintenant. Tu es vraiment la meilleure.

Warpenar était vraiment heureux. Avec le général diminué, ses espions mentionnaient que la guerre était maintenant 50-50, ce qui permettait d’espérer une guerre longue et payante… Les elfs étaient mieux de se dépêcher car il savait que l’effet de la dague durerait un maximum de 8 semaines chez un monstre comme Dresgar. Il s’installa dans son fauteuil, souriant dans le vide, pensant aux dommages que les Skavens pourront faire bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valgas
Super Champion
Super Champion
avatar

Messages : 2494
Age : 39
Localisation : Québec
Pseudo de Coach : Valgas
Équipe : Chaos, chaos dwarves, orcs, humains

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/7/2017, 11:45 pm

Wow! Vraiment solide! "Jaw-dropping", en effet!

_________________
Valgas
Gagnant de la LO Saison 8 avec Les Tapocheux (Chaos)
Gagnant des GG 1 (Cpt), GG2 et GG3 (Cpt)
Gagnant de la coupe des frère ennemis - Les branchus (elfs sylvains)
Gagnant de la ligue Quatroz, Saison 2 - Les scorbuts (Norses)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
general1010
Ref
Ref
avatar

Messages : 7558
Age : 45
Localisation : Candiac
Pseudo de Coach : general10
Équipe : Beaucoup d'elfes

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/8/2017, 7:22 am

Tiens tiens tiens... notre vieil ami Warpenar qui se rappelle à nous... Une autre crapule à buter... éventuellement...

_________________
Champion HC et préquelle-2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazvernius
Champion
Champion
avatar

Messages : 502
Age : 38
Pseudo de Coach : Lazvernius
Équipe : White Fury and Tempest

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/8/2017, 12:18 pm

Tu as manqué ton coup trois fois déjà ne te ridiculise pas encore Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
general1010
Ref
Ref
avatar

Messages : 7558
Age : 45
Localisation : Candiac
Pseudo de Coach : general10
Équipe : Beaucoup d'elfes

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/8/2017, 3:17 pm

Lazvernius a écrit:
Tu as manqué ton coup trois fois déjà ne te ridiculise pas encore Smile

4ème essais et 10 verges à franchir... ça se fait Smile Si je veux le buter, je prendrai peut-être pas des elfes cependant.

_________________
Champion HC et préquelle-2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted le Rasé
Ref
Ref
avatar

Messages : 8877
Age : 51
Localisation : Montréal (Ventrilo)
Pseudo de Coach : Ted le Rasé
Équipe : XxX.

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/8/2017, 3:22 pm

au 4ème essaie, on lui botte le cul!

_________________
Le déshonneur n'est pas dans la défaite mais dans les moyens pris pour gagner.

Perdant des GG3, CVM des frères ennemis, HC, Préquelle et probablement de la LO.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted le Rasé
Ref
Ref
avatar

Messages : 8877
Age : 51
Localisation : Montréal (Ventrilo)
Pseudo de Coach : Ted le Rasé
Équipe : XxX.

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/10/2017, 10:40 am

Il est dur à trouver ce Dresgar.  Ses troupes son mener par un General Dresman mais Dresgar va peux être se pointer plus tard sous la forme d'un lineman...

_________________
Le déshonneur n'est pas dans la défaite mais dans les moyens pris pour gagner.

Perdant des GG3, CVM des frères ennemis, HC, Préquelle et probablement de la LO.


Dernière édition par Ted le Rasé le 2/10/2017, 12:24 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
general1010
Ref
Ref
avatar

Messages : 7558
Age : 45
Localisation : Candiac
Pseudo de Coach : general10
Équipe : Beaucoup d'elfes

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/10/2017, 11:29 am

Dresman est Dresgar... il veut juste essayer de nous mêler mais on va le buter pareil...

_________________
Champion HC et préquelle-2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazvernius
Champion
Champion
avatar

Messages : 502
Age : 38
Pseudo de Coach : Lazvernius
Équipe : White Fury and Tempest

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/10/2017, 12:15 pm

Machon, l’esprit toujours vif, pensa à la chanson du barde Marius Chapel, si je pleure dans la pluie….  C’est l’image qu’il avait en regardant son général Dresgar pleurer doucement la mort d’un de ses aides de camp, sous la pluie intense qui faisait rage depuis deux jours.  Le corps, allongé dans les fleurs du jardin du palais, semblait endormit.  L’émotion explosa lorsque Dresgar, le bras gauche toujours inerte le long de son corps, toujours vêtu de son armure, prit la parole de sa voix grave, couvrant le bruit de tonnerre.

- Nous faisons la guerre, nous défendons notre royaume.  Nous laissons notre âme sur le champ de bataille, nous laissons notre vie lorsque nous quittons les êtres que nous aimons.  Nous déposons notre souffrance au pied de nos ennemis, gardons la tête haute et acceptons de quitter vers un monde inconnu.  C’est la vie du soldat courageux.  Aucune mort n’est plus noble que celle sur un champ de bataille, en défendant l’innocence de notre peuple.  Nous affrontons la peur, la douleur, la haine et la mort pour que nos enfants, nos ainés, nos femmes, nos maisons, notre ville n’ait pas à les affronter.  Lorsque vous êtes sur le champ de bataille, les tripes serrées par la crainte, rappelez-vous que cette mort est la seule valide, la seule pour laquelle nous méritons de vivre.  Bravo mon ami.  Tu es resté fort et fier jusqu’à la fin.  

Puis agrippant de sa main droite la pelle près de lui, il projeta de la terre sur le corps.  Les dignitaires et soldats, regroupés autour du corps, étaient paralysés par la scène.  Nul ne désirait quitter, au risque de briser ce moment d’union et d’émotions.  Plusieurs étaient également surpris du respect que ce général, craint de tous, à la réputation guerrière et rustre démontrait à un soldat et ose démontrer ses émotions aussi ouvertement.  

Le regard de Dresgar n’avait plus rien du regard terrible présent sur le champ de bataille.  Le regard fixait le corps et évoquait un mélange de tristesse, de fierté et d’admiration.  Il fit quelques pas vers une femme qui serrait de ses bras un jeune enfant qui se tenait devant elle.  L’enfant eut un geste de recul devant le monstre, mais la femme éprouvée puisa dans ses ressources pour conserver ses yeux bruns dans ceux jaunes du demi-ogre.  Dresgar tira une épée de son fourreau, la planta devant la femme et se mit à genoux.  Machon nota que malgré ce geste, Dresgar dépassait la veuve par plusieurs pouces.

- Je ne connais pas ton nom, ni celui de ton enfant, mais sache que ton mari a tombé comme un soldat de valeur.  Tu peux être fier de lui.  Je te remets l’épée de ce héros et remet à ton fils la croix d’acier, symptôme de la défense du royaume.  Ton mari m’avait également confié avant la bataille ces biens que je te remets.  Puisse la douleur disparaitre et le souvenir perduré dans ton cœur.
Machon, le souffle coupé par la beauté du geste, savait très bien que c’était faux, que le soldat n’avait pas pu accumuler une telle somme, mais Dresgar avait piqué une colère incroyable lorsqu’il avait su qu’aucun dédommagement n’était donné aux proches des soldats décédés.  Ainsi, lorsque le général mit sa solde dans une petite poche de cuir, plusieurs soldats l’avaient imité, créant pour la veuve un coussin assez confortable.  Machon profita de ce moment de surprise générale pour surprendre d’un regard le comportement de la famille royale.  

Le roi semblait furieux.  La tradition demandait qu’un soldat meurt pour le roi et non pour le peuple.  La reine semblait ressentir un dégoût pour ce roturier qui osait prendre la parole lors d’une cérémonie officielle, vêtue d’une armure bosselée qui sentait la sueur et le sang.  La princesse semblait plus nuancée.  Il capta un regard de curiosité et d’admiration se diriger vers le demi-humain, regard qui disparut rapidement quand elle se rendit compte que Machon la regardait.  Tiens, tiens se dit-il la petite semble moins frileuse.  Question de détendre d’atmosphère, Machon trouvait qu’il manquait quelques sacres, insultes ou métaphores dont Dresgar avait le secret.  Il ne serait pas déçu quelques heures plus tard.

……….
Machon rit intérieurement lorsqu’il vit le caporal Ham s’écrouler dans le coin de la baraque, victime d’un coup de poing du général.  Le plus drôle c’était que la veille Ham s’était vanté de ne jamais avoir perdu une dent lors d’un combat…. Exploit qui venait de se terminer.  

- Espèce de petit mangeux de merde, de trou du cul de vache, d’envie de chier de fièvre jaune, de suceur de clito de jument, d’enculeur de chèvres, de baiseur de truie…

Les insultes durèrent encore quelques minutes. Machon nota que le général connaissait bien les animaux de la ferme et la biologie.  Ham avait osé dire que la bataille de la veille avait été plutôt facile, ce qui se voulait un compliment pour le général.

- Entre bien ceci dans ton cerveau pourri espèce de bouseux.  Dénigrer une armée ennemie revient toujours à dénigrer ta propre armée.  N’oublie jamais, sale con, que ta pute de mère aurait pu être vendue dans une autre ville et que toi et ton cul inutile auraient pu être de l’autre bord.  Soit aussi respectueux envers tes ennemies qu’envers tes alliés.

Se tournant vers les autres soldats autour de lui, il ajouta :

- Le prochain couillon qui ose dire quelques choses sur nos ennemis, qui tentent autant que nous de rentrer près de leur famille, est mieux de s’assurer que ce sont de bons mots qui sortent de sa putain de gueule, sinon il va finir comme ce fils de pute.  

Il ponctua son sermon par un gros crachat aux pieds de Ham.  Machon nota qu’Ham avec l’état de sa dentition, ne pourrait plus jamais mordre la main qui le nourrit.  Il se demanda aussi comment la petite princesse trouverait en ce moment son prince, aussi charmant qu’un sanglier enragé.


Dernière édition par Lazvernius le 2/10/2017, 12:58 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazvernius
Champion
Champion
avatar

Messages : 502
Age : 38
Pseudo de Coach : Lazvernius
Équipe : White Fury and Tempest

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   2/10/2017, 12:16 pm

ouais c'est pour faire une confusion sans payer que les noms sont mêlés.... et le défi d'écrire les histoires sur un ordi qui n'est pas celui où je joue à BB Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazvernius
Champion
Champion
avatar

Messages : 502
Age : 38
Pseudo de Coach : Lazvernius
Équipe : White Fury and Tempest

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   3/6/2017, 10:12 am

Bout d'histoire écrite avant mes vacances mais non posté par manque de temps...

Machon trouva malgré lui la scène comique. L’immense Nurgle Gribouillatère se tenait à coté de Tranchemontagne, le nain. Kalak l’elf se tenait de l’autre côté du nain et Wulfrum, le loup-garon discutait avec Cyric le nécromancien. Même Simenion Larenglinaeil, le high elf, qui habituellement se tient légèrement en retrait, semblait de bonne humeur et glissait au passage des blagues que personne ne comprenait dans la salle. Machon ne pu se surprendre de penser que si le contenu de cette tente disparaissait subitement, frappé par un sort divin, le monde n’en serait probablement que mieux, mais il se dit que Dresgar était la preuve vivante que parfois il faut un peu de mal pour lutter contre le mal.

Il se demanda lequel de ces tueurs il voudrait le plus rencontrer dans une ruelle pendant une nuit sans lumière. Ils étaient terrifiants. La défaite de Kalak avait ouvert la porte pour une attaque directement sur la capitale. Cette défaite sembla un peu douteuse, puisqu’on rapporta des contacts entre Sybel et Kalak avant la bataille, mais lorsqu’il en parla avec son général, Dresgar lui répondit quelque chose comme :

- Espèce de petit branleur manchot, je ferai toujours confiance à un frère d’arme comme Kalak. Pendant que tu sucais les tétons de ta tante, moi et lui on défendait le royaume contre des créatures que tu te pisserais dessus juste des imaginer. Un vrai guerrier comme Kalak est capable de baiser une cocotte comme Sybel puis détruire son armée le lendemain. D’ailleurs si la capitale est attaquée, ce sera à lui de ramasser sa merde et de défendre tous les charmants impotents terrés derrière les murs de la capitale.

Le regard de Machon retourna sur l’assemblée disparate. Dresgar, le bras gauche toujours immobile le long de son corps écoutait chaque avis, analysait chaque réaction de ses lieutenants, profitait de chaque suggestions et conseils. Le contraste entre l’homme qui hier se battait sur le champ de bataille au milieu des orcs noirs et celui qui menait l’armée était saisissant.

…….

Le conseiller du roi fut surpris de l’apparition de Dresgar devant lui. Oui il avait envoyé une lettre soulignant l’inquiétude du roi face à la situation, mais ne croyait pas que cette lettre méritait le déplacement du général. Dresgar, sans formalité, dit :

- Je profitais de ma visite à la princesse pour te dire que tu peux dire au roi qu’il peut continuer à bien manger, dormir et se faire baiser par son majordorme tranquille. Mener une guerre est plus complexe que mettre une perruque et se dandiner comme un trou du cul dans un château. Vous m’avez demandé de gagner cette guerre, c’est ce que nous allons faire. La prochaine fois que je reçois une lettre qui risque de miner le moral de nos troupes, je te jure que je viens te chercher pour te mettre en première ligne devant les orcs. Je te promets aussi que ce n’est pas juste ton anus qui se fera défoncer par les orcs.

Le conseiller prit l’avertissement au sérieux, même s’il avait toujours apprécié le franc parler du demi-ogre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazvernius
Champion
Champion
avatar

Messages : 502
Age : 38
Pseudo de Coach : Lazvernius
Équipe : White Fury and Tempest

MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   3/6/2017, 11:12 am

Quand on cogna à la porte, la princesse eut un sursaut. Elle savait que Dresgar venait la voir et elle était nerveuse. Ses mains étaient moites d’un mélange de peur et d’excitation. Cet homme était si mystérieux. Brutal et attentif. Cruel et sensible. Indépendant et engagé. Fourbe et loyal. Chaque fois que Dresgar montait à sa chambre, il ne parlait pas. Il semblait paralysé, comme si les mots refusaient de sortir de sa bouche. Le monstre ressemblait davantage aux petites poupées qu’elle avait plus jeune. Sauf que la poupée portait toujours la grosse armure puante pleine de bosses et de sang, ainsi qu’une immense épée attachée dans son dos.

Habituellement, elle restait assise, pétrifiée sur sa chaise, mais rassemblant son courage, elle se leva pour toucher délicatement l’acier de l’armure, mue par une étrange fascination. Ses yeux s’ancrèrent dans ceux du guerrier. Pour la première fois depuis 7 ans, elle osa pousser les mots qui la torturaient, la rongeaient, ses yeux bruns baignés de larmes.

- Je suis désolé…

Dresgar, fidèle à son habitude, ne dit rien et quitta la chambre de la princesse, se souvenant très bien de chaque minute qui avait précédé son arrestation qui avait brisé sa carrière, souvenir qu’il n’a jamais partagé.

……

Dresgar envoya ses meilleurs vœux à la troupe des Hen Sidhe Sidh, les vaillants elfs des bois. Chaque guerrier mort sur le champ de bataille méritait de la considération et lorsqu’il apprit la mort du général ennemi, il n’avait que de l’admiration. Ce général s’était sacrifié pour attirer l’armée des nains loin de la capitale, qu’ils devaient initialement défendre.

La perte de la capitale était une tragédie, mais l’action des elfs avait quelque chose d’épique. Il fut tiré de sa rêverie par Gosh, un lieutenant gras, braillard et incompétent qui entra dans sa tente en courant, essoufflé comme un porc au soleil.

- Général, général… Nous avons reçu une missive du conseiller du roi.

Dresgar sentit son irritation montée, autant par la vision devant lui que par les paroles de la truie chantante, puis arracha le rouleau des mains de ce ballon suant.

……

Général Dresgar,

Vous savez probablement que la capitale est tombée aux mains de l’ennemie ce matin. Nous avons suivi vos recommandations et procédé à l’évacuation de la famille royale vers votre château de Hyghpass. Je dois toutefois vous entretenir d’un sujet plus sensible.

L’objectif de l’ennemi n’était pas la prise de la capitale, mais de mettre la main sur un coffre magique, un artefact puissant situé sous les murs du château, protégé par de nombreuses protections. La légende prétend que son ouverture entrainera une nuit maudite qui durera 1000 ans, rendant toutes vies au service du mal. Nous aurions probablement dû vous le mentionner avant, nous sommes désolé. La confiance n'était pas alors à son plus haut envers votre armée.

J’ignore pour l’instant si Sybel a réussi à prendre possession de ce coffre ou non, mais je vous demande de chasser l’ennemi de nos murs le plus rapidement possible et de traquer les elfs noirs avant qu’ils utilisent le pouvoir de l’artefact à mauvais dessein.

Janss, premier conseiller du roi

…...

Manchon entendit Dresgar jurer sous la tente, puis le bruit distinct d’objets que l’on brise. On sentit le camp devenir très tranquille, les soldats se trouvant à proximité de la tente du général semblaient soudainement avoir à faire ailleurs.

……

Le demi-ogre avait toujours su qu’il était un pion dans cette guerre. Il acceptait cette fatalité comme faisant partie de son destin de guerrier, mais son instinct lui disait que cette guerre prenait une drôle de tournure. Il avait l’impression qu’à cause de ce manque d’information, il avait peut-être envoyé les nains détruire le seul rempart entre un mal inconnu et les forces de l’ombre mues par Sybel et Warpenar le skaven.

Son plan allait pourtant plutôt bien jusqu’ici. La capitale n’avait aucun intérêt stratégique dans une guerre de grande envergure comme celle en cours, isolée de toutes les voies de ravitaillement. Il avait la princesse où il la voulait, en sécurité et préférait de loin que ce soit des elfs qui aient pris la capitale plutôt que des morts-vivants ou des orcs.

Oui son plan allait bien, mais il connaissait bien ses limites. Il était un guerrier et non un magicien. Les légendes sont inventées pour faire peur aux enfants mal élevés et il n’avait pas peur des sorcières, démons et autres merdes démoniaques. Pourtant, alors qu’il regardait le champ de bataille devant lui, contemplant l’armée de morts qui se tenait devant ses hommes, il se dit que peut-être qu’il devait porter une attention particulière aux mages et aux légendes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dresgar et l'armée de la Capitale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dresgar et l'armée de la Capitale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guide de l'armée
» Liste d'armée de tempête du chaos "armée du middenland&
» [Skavens] Réactions sur le nouveau Livre d'Armée
» WAB Guerre de 100 ans, Règles spéciales et listes d'armées
» mon armée de slaanesh 3500 pts terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Bowl Quebec :: Histoires GG-
Sauter vers: